Protection de nos collègues dans les zones de conflit

conflict zones
© Armée estonienne, Capitaine Georgi Kokoshinski

Des tentatives précédentes visant à l’émission d’une carte d’identité de la FIT n’avaient pas permis d’atteindre les objectifs essentiels, les coûts en matière de budget et de travail compromettant en fin de compte la durabilité de ce projet.

Une demande récente de l’association irakienne fait ressortir la nécessité de rétablir le rôle de représentation de la FIT envers nos collègues travaillant dans des conditions difficiles.

Ceci s’inscrit dans la ligne de la résolution émise lors du Congrès statutaire de Berlin appelant les gouvernements des pays et la communauté internationale à :

  • protéger les traducteurs et interprètes locaux dans les zones de conflit,
  • veiller à la sécurité de leurs existences pendant, mais aussi après leur mission dans les zones de conflits,
  • respecter l’impartialité du travail des traducteurs et des interprètes,
  • oeuvrer en vue d’une convention des Nations Unies ou d’un document international sur la sécurité afin de protéger les traducteurs et interprètes dans les zones de conflit pendant et après leur service.

C’est avec fierté que la FIT annonce le lancement de la carte internationale du traducteur, dont un échantillon est présenté cidessous. Elle est spécialement conçue pour :

  • 1. les associations membres de la FIT n’ayant pas suffisamment de ressources pour produire et émettre leur propre carte d’identité,
  • 2. les associations membres de la FIT (qui pourraient ou non émettre leurs propres cartes) envisageant de travailler dans des zones de conflit,
  • 3. les traducteurs et interprètes travaillant dans des zones de conflit avec des agences accréditées spécifiques, lesquelles ne sont pas ou ne peuvent pas être membres de la FIT.

Le lancement de cette carte d’identité cautionne et renforce le Guide pratique à l’usage des traducteurs/interprètes civils et des personnes recourant à leurs services dans les zones de conflit, publié en 2013. Ceci va dans le même sens que d’autres projets
en cours où la FIT est en partenariat avec Red TT, organisation sans but lucratif pour la défense des traducteurs et interprètes dans les zones à haut risque, ainsi que trois autres importantes associations linguistiques internationales : l’Association internationale des interprètes de conférence (AIIC), l’Association internationale des traducteurs et interprètes professionnels (IAPTI) et Critical Link International.

Ensemble nous pouvons changer la vie des interprètes dans les zones de conflit ainsi que la visibilité de notre profession et ses objectifs.

ID card
Le président de la FIT rencontrant des interprètes afghans (Asadullah Rezaie à gauche et Askar Habibi à droite) maintenant installés en Nouvelle-Zélande, © Sarah Wilson, NZSTI

Téléchargez le document au format pdf ici.

.

Share Button

  • Published: 2 années ago on 27 août 2015