Cher René,

La maladie et l'âge ont eu finalement raison de toi, pourtant tu semblais indéracinable, obstiné, toujours à la tâche, défendant avec ardeur et conviction tant la CBTI(P) que la FIT.

Cela fait toujours beaucoup de peine de voir partir celui que l'on a côtoyé tant d'années, acteur infatigable de la défense des intérêts des philologues (car tu en étais un vrai !) des traducteurs et des interprètes.

Les jeunes d'aujourd'hui ne t'ont pas nécessairement connu, ils n'ont donc pas pu apprécier dans sa totalité et sa profondeur ce que tu as fait pour nos professions ! C'est un peu la rançon de la modernité et de l'existence de générations qui se succèdent.

Ce que peu savent, c'est à quel point tu as contribué à de nombreux ouvrages tels que "Werkdocumenten over etnische kunst" et bien d'autres, tu as réalisé de nombreux compte-rendus ou analyses de multiples ouvrages. Il suffit de chercher ton nom sur le site John Benjamins publishing Company pour se rendre compte à quel point tu étais curieux de tout.

Je me demande parfois combien de temps il te restait pour tes loisirs ! Tu as fréquenté et connu de nombreux personnages, représentatifs de nos professions. Certains ne font que passer et marquent peu l'association qu'ils dirigeaient.

En tant que vice-président de la CBTI, tu as représenté notre association partout dans le monde et tu as fait connaître la Belgique et les représentants de la Belgique à toute la planète grâce à ta fonction de secrétaire général de la FIT, poste que tu as occupé très longtemps. L'hommage rendu à la Belgique et à ses représentants par le président de la FIT, Henry Liu, lors du 60e anniversaire de la CBTI organisé en 2015 à Bruxelles, n'aurait pas pu avoir lieu sans ton apport magistral à la cause des langues. Sois-en remercié en notre nom à tous !

On ne compte plus le nombre d'articles et de publications que tu as rédigés ! Tu touchais à tous les sujets relatifs à la langue, qu'il s'agisse de folklore, de dictionnaires, de bibliographies, etc..

Nous nous sommes fréquentés longtemps puisque je suis devenu trésorier de la FIT alors que tu étais secrétaire général. Nous nous sommes fréquentés de nombreuses années à la CBTI puisque ma présidence y a duré 18 ans. Tu étais un fin connaisseur des textes de base des deux associations et il n'était pas rare que le président de la FIT d'alors fasse appel à tes connaissances des textes tout comme je le faisais lors des assemblées générales de la CBTI.

Tu as vu défiler maints présidents ou présidentes d'associations nationales et de la FIT. Tu n 'étais pas un grand fanatique d'internet, mais du fax. Ce que je constate de nos jours c'est que la plupart des sites en général, et en particulier ceux consacrés aux organisations de traducteurs, oublient le passé et ne mentionnent que le strict minimum. Or, ton travail et le mien se sont réalisés alors qu'internet démarrait et les nouvelles générations semblent l'oublier.

Mais Internet permet de ne pas tout oublier, si l'on est un peu curieux.

Tu as marqué la FIT et la CBTI de ton empreinte indélébile. J'attends encore celui ou celle qui fera aussi bien et aussi longtemps que toi dans tant de disciplines.

René, merci de toute ton oeuvre et de tout ce que tu as apporté à nos professions. Il est temps de te reposer.

Adieu, infatigable ami et collègue !

J.-B. Quicheron
Président d'honneur de la CBTI

Share Button

  • Published: 2 années ago on 19 avril 2016