Journée mondiale de la traduction 2019 : La traduction et les langues autochtones

Thème


« Les langues autochtones dans le “village global” : une question bien plus vaste que la simple survie. »

C’est en utilisant les langues autochtones que l’on améliore leurs chances de survie. De fait, la disparition d’une langue représente bien plus que la simple perte de mots : ce sont des conceptions et des récits uniques et intrinsèques à la langue et à la culture qui disparaissent, sans compter que la diversité mondiale s’en trouve ainsi appauvrie.

Les traducteurs donnent vie à ces récits culturels en les faisant connaître à un auditoire élargi et multiculturel. L’Année internationale des langues autochtones de l’ONU met en lumière la nécessité de promouvoir et de protéger les langues autochtones ainsi que les droits de leurs usagers. Et dans le cadre de cette mission, traducteurs, terminologues et interprètes jouent un rôle essentiel.

Les interprètes en langues autochtones permettent aux locuteurs natifs de participer pleinement à la vie culturelle et politique de leur société et de bénéficier d’une égalité d’accès aux services de base, notamment les soins de santé, l’éducation, l’information et la justice, dans leur langue maternelle. Comme on le sait, l’égalité d’accès ainsi que les libertés de pensée, d’expression et d’opinion sont des éléments fondamentaux inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Les langues, et par conséquent la traduction, la terminologie et l’interprétation, sous-tendent les droits de la personne et les libertés fondamentales, essentiels au développement durable, à la gouvernance inclusive, à la paix et à l’équité sociale.

Les langues autochtones incarnent la diversité culturelle de notre planète. Les systèmes complexes de connaissances et de culture développés et assimilés par les langues autochtones et à travers celles-ci depuis des milliers d’années ne sont pas incompatibles avec les économies du savoir telles que nous les connaissons aujourd’hui. La diversité sous toutes ses formes favorise une croissance économique et des résultats supérieurs pour tous. Les langues autochtones assurent le transfert intergénérationnel du patrimoine culturel immatériel et des connaissances qui nous aideront à relever les défis qui nous attendent à l’échelle mondiale.

Leur disparition nous priverait de leur riche diversité ainsi que des contributions écologiques, économiques et socioculturelles qu’elles apportent à la société.

L’Organisation des Nations Unies a choisi de consacrer une année entière à la promotion d’interventions d’urgence visant à préserver, à revitaliser et à promouvoir l’importance des langues autochtones dans le « village global ». Car si les langues autochtones ne sont pas les plus répandues, elles constituent tout de même la majorité des langues du monde.

L’année 2017 a marqué un événement important pour les traducteurs, terminologues et interprètes professionnels. Cette année-là, à sa 71e session, l’Assemblée générale des Nations Unies adoptait à l’unanimité la résolution A/RES/71/288 reconnaissant le rôle de la traduction professionnelle dans le rapprochement des nations et la promotion de la paix, de la compréhension et du développement. Collectivement, par leur travail quotidien, les professionnels des langues soutiennent et maintiennent la diversité linguistique et culturelle et font prendre conscience de la valeur intrinsèque des langues et des peuples autochtones.

En lien avec l’Année internationale des langues autochtones proclamée par l’ONU, le thème de la JMT 2019 est La traduction et les langues autochtones.

Voyez les détails du concours d’affiches de la JMT 2019.